Menu
Livres
1 2 3 4 5 » ... 18
12 produits sur 72 au total
Trier par :
Histoire de Vauville en Pays d'Auge et son église Saint-Martin. Serge Sochon
Vauville et son église Saint-Martin restent sagement en retrait des déplacements fébriles de notre vie moderne. Et pourtant, Vauville a un long passé.
L’église est dédiée à Saint-Martin, celui que l’on a nommé le « treizième apôtre ».
Le village, autrefois réputé d’un marché agricole très fréquenté, présente un habitat dispersé. Il n’y a pas de « centre-ville ». Est-ce vraiment un handicap ? En effet, non loin de Vauville, des commerces étaient présents, au choix, aux « Forges de Blonville » ou encore à Tourgéville.
Les Vauvillais exerçaient pour la plupart des activités agricoles, sans omettre l’important pôle d’activités et le non moins important rôle social du Haras du Quesnay.
C’est à la découverte de l’Histoire de Vauville, de son église, de ses habitants que les auteurs proposent au lecteur, et l’invitent, de plus à parcourir les chemins, les petites routes qui sillonnent le village…


• Éditions d’Héligoland 2009, ISBN :978-2-914874-60-1, 1 volume 16 x 24, 88 pages
19,00 €
Pierre Drieu La Rochelle : réflexions sur un Coutançais méconnu. Jean Mabire
Il existe des passions éphémères et des passions de toute une vie. Jean Mabire a découvert très jeune Pierre Drieu La Rochelle et cette passion le dévora jusqu’à ce 29 du mois de mars 2006, où il a certainement décidé d’aller enfin discuter avec Drieu, cet ami qu’il n’avait jamais rencontré, mais pour qui il s’était brûlé les mains pour sauver ses livres du feu…
Il commença ses recherches sur Pierre Drieu La Rochelle dès 1959 et publia, en 1961, dans la Revue du Département de la Manche, les deux articles qui forment le corps principal de cet ouvrage : Drieu, la Normandie et le nordisme, et Drieu et le tempérament cotentinais. En 1963, son premier livre n’est autre que ce Drieu parmi nous qui fait toujours référence. Par la suite, il rédigera de nombreux articles pour différentes revues.
Jean Mabire dédicaçait bien souvent de cette façon son ouvrage sur Drieu : "un écrivain normand que nous n’avons pas le droit d’oublier". C’est peut-être parce qu’il était normand comme lui et plus encore cotentinais que Jean Mabire s’est rapproché de Drieu. C’est sans doute parce que ces deux écrivains-guerriers avaient connu "ce couple divin du courage et de la peur", qu’il existait une sorte de connexion entre ces deux Normands. L’un existait encore par la passion de l’autre. C’est ainsi que certains d’entre nous ont découvert Drieu, grâce à celui que l’on appelle Maît’Jean. Ces deux articles sont l’aboutissement d’une enquête et d’une recherche approfondie. Jean Mabire m’expliqua en me les transmettant qu’ils avaient marqués un tournant dans sa vie.
Ceux qui ont connu Maît’Jean se souviennent encore du moment exceptionnel de leur rencontre, une découverte et bien souvent un tournant au cours de leur propre existence. Chacun cultivait avec lui un intérêt spécifique parce qu’il était ouvert à tous les sujets, s’intéressait à tout. L’esprit mabirien serait de ne pas se limiter à un seul registre, de ne pas se cantonner à un seul aspect de son œuvre.
Cette collection, Mabire parmi nous, aura pour vocation d’être fidèle à Maît’Jean et de permettre à ceux qui l’ont connu de le retrouver au fil des lectures et aux plus jeunes de découvrir un écrivain que nous avons le devoir de ne jamais oublier.

Virginie Binet


• Éditions d’Héligoland. 2008, ISBN : 978-2-914874-39-7, 1 volume 16 x 24, 168 pages.
20,00 €
Histoire du Chevalier Pierre Le Moyne d'Iberville. Alain Charles Gustave Desmazures
“Il semblait bien appartenir à cette admirable race normande qui avait produit les conquérants de l'Angleterre, les champions de la Sicile et les héros des croisades”.

Voici un homme qui est considéré comme le plus grand capitaine de son histoire par le Canada… et qui est totalement inconnu de sa mère patrie, la France… Pierre Le Moyne, chevalier d’Iberville, aurait dû être de son vivant et surtout après sa mort, un nom aussi célèbre que ceux des Jean Bart, des Duguay-Trouin, des Tourville, et serait parvenu, sans conteste, aux plus grands commandements dans la marine.… si ses campagnes prodigieuses par leurs résultats avaient eu l'Europe pour témoin.
Héros mythique, corsaire cruel ou commerçant astucieux? Les visages d’Iberville sont multiples.

Baptisé en 1661 à Ville-Marie, il est l’un des premiers personnages d’envergure à être né en Nouvelle-France. Son père est un Dieppois, porteur de cet esprit aventureux des Normands, fils des Vikings. Troisième de onze frères qui connurent presque tous un destin héroïque, il a reçu peu d’instruction et plonge rapidement dans une vie militaire et marine houleuse.
Chef efficace et tenace, aventurier sans cesse en mouvement, qui vend immédiatement la concession qu'on lui offre en récompense de ses bons services, les coups terribles qu'il porte aux colonies anglaises lui valent de se voir même accorder le privilège d'un monopole du commerce dans la baie jusqu'en 1697. Il connaîtra cette année-là son dernier exploit nordique, avec la reprise du fort York, malgré l'infériorité de son unique bateau Le Pélican face aux vaisseaux anglais. Malheureusement, les efforts de d'Iberville et de ses compagnons seront réduits à néant par le traité d'Utrecht, en 1713.
Il portera le fer et ses boulets de canon dans les eaux glacés de Terre-Neuve, dans les courants chauds du Mississippi en 1699, pour y installer une présence française. Et si d'Iberville ne verra pas de son vivant les efforts concrets de peuplement et d'évangélisation que déploiera plus tard son roi en Louisiane, c'est lui qui en fit miroiter les avantages en métropole.
À partir de 1702, la santé de celui qu'on aurait cru invincible devient fragile. Malgré cela, il accepte d'aller poursuivre, aux Antilles, la guerre des nerfs contre les colonies anglaises.
D'Iberville s'éteint brusquement quelques mois plus tard, assassiné pense-t-on sur l'Ile de la Havane, en même temps que le gouverneur espagnol de l'île, alors qu'il venait de négocier une alliance locale contre les Anglais.
Chef de guerre aux succès éclatants et aux méthodes expéditives, Pierre Le Moyne d'Iberville est une figure ambivalente, mais malgré tout flamboyante de l'histoire du Québec.

• Éditions d’Héligoland. 2007, ISBN : 2-914874-29-8, 1 volume 16 x 24, 246 pages
20,00 €
Moyen-Orient : 100 ans de mensonges. Roger Holeindre
Fidèle à ses premiers engagements, R.Holeindre continue par sa parole, ses écrits et ses actes, le même combat. Auteur d’une trentaine de livres, il nous livre ici un regard sans concession sur la dernière guerre du Liban, et décortique par la même occasion, toute l’histoire officielle du Moyen Orient, de l’Irak à l’Algérie.
C’est un siècle de falsification officielle qui est mis à mal.

Roger HOLEINDRE est né à Corrano, en Corse, le 21 mars 1929. A quinze ans, en août 1944, lors de l'évacuation de Paris par les troupes d'occupation, il enlève aux Allemands, seul, deux mitrailleuses jumelées.
A seize ans et demi, il part, pour la première fois, pour l'Indochine où il est engagé à la 1re Division Navale d'Assaut.
De retour en France, il se porte volontaire pour la Corée ; mais n'ayant pas l'âge requis, ne sera pas admis au corps expéditionnaire. C'est alors un deuxième départ pour l'Indochine où il servira à la 1re Demi-brigade des Commandos parachutistes, les fameux "Bérets rouges". Il fera en tout, trois séjours en Indochine.
Après Dien-Bien-Phu, il rejoint l'Algérie où il se distingue au 8e Régiment de parachutistes coloniaux.
Deux fois blessé, cinq fois cité, il est décoré de la Médaille militaire. Grièvement blessé, il est démobilisé et s'installe à Tébessa où il se consacre à la jeunesse musulmane, crée une maison de jeunes et anime l'éducation et les loisirs de quatre cents jeunes Musulmans. Pour cette activité, et bien que. civil, il est cité (cas tout à fait exceptionnel) "à l'ordre de l'Armée" pour son action sociale envers la population autochtone.
On le retrouve ensuite comme animateur, créateur ou participant à de nombreux mouvements et journaux nationaux. Il fut également grand reporter pour la revue Paris -Match.

• Éditions d’Héligoland. 2007, ISBN : 978-2-9523128-2-0, 1 volume 16 x 24, 220 pages
20,00 €
1 2 3 4 5 » ... 18
12 produits sur 72 au total
Trier par :

Votre panier
0 produit(s)
Total 0,00 €




Suivez notre actualité