Menu
Livres
1 ... « 15 16 17 18
72 produits sur 72 au total
Trier par :
Que Dieu sauve la France. Roger Holeindre
Roger Holeindre est né en Corse en 1929 dans une famille paysanne et ouvrière. Il passe une partie de sa jeunesse à Paris et en banlieue.
Durant la guerre 39/45, il est pensionnaire à la Pension Clerbois à Rosny-sous-Bois. Il est alors membre d’une troupe scoute clandestine et effectue de nombreuses missions de nuit pour la résistance.
À la libération, quittant la pension sans autorisation, il enlève, seul, deux mitrailleuses jumelées aux Allemands à la gare de triage de Noisy-le –Sec, devenant ainsi un des plus jeunes résistants de France.
À 17 ans, falsifiant ses papiers, il s’engage dans la Marine et part volontaire pour l’Indochine où il sert à la 1ère division Navale d’Assaut.
De retour en France, il se rengage aux Commandos Parachutistes Coloniaux et participe à tous les gros combats du Tonkin où il est blessé. Rapatrié en métropole après un très court repos, il se porte volontaire pour sauter à Dien Bien Phu et part avec un détachement, transporté par des avions gros porteurs américains. C’est avec une grande tristesse qu’il arrive en Indochine la nuit de la chute du camp retranché. Avec un des tous derniers bataillons parachutistes d’Indochine, il participe aux derniers et terribles combats sur les hauts plateaux où le GM100 est anéanti.
Puis, c’est l’Algérie, où il se fait remarquer au Commando du 8ème régiment Para en effectuant des dizaines de fois des opérations en tenue rebelle dans les Aurès Nemencha, et jusqu’en Tunisie… avec seulement quatre ou cinq hommes. Grièvement blessé dans un combat au corps à corps et hospitalisé à Philippeville, il réalise alors que l’armée française va gagner la guerre militairement, mais que De Gaulle la lui fera perdre politiquement.
La mort dans l’âme, il quitte l’Armée et s’installe à Tébessa, crée un emploi mais s’occupe surtout de la jeunesse de cette région. Il anime une troupe scoute de 150 jeunes et une maison des jeunes en comptant 300. Son recrutement au prorata de la population, compte 1% de petits chrétiens, 1% de petits juifs, et 98% de petits musulmans. Fait exceptionnel, il est cité pour son action envers la jeunesse musulmane
Les événements prenant malheureusement la tournure qu’il avait envisagée, il prend le maquis, pour garder l’Algérie et le Sahara à la France. Arrêté, emprisonné à la prison de Bône, il organise une évasion rocambolesque et s’enfuit avec tous les détenus « Algérie française ». Il forme alors le deuxième maquis Bonaparte. Encerclé par deux régiments révoltés et tombés aux mains de l’Organisation Communiste du Contingent (qui ont arrêté leurs officiers), il se refuse à faire tirer sur des individus qui n’ont pour seul slogan que le hurlement « La quille !...La quille !... ». Il n’accepte de se rendre qu’au Général Ducourneau, qu’il a connu en Indochine. Il est lourdement condamné. Dès sa libération, il reprend le combat politique qu’il continue aujourd’hui, pour que la France reste la France, contre l’immigration invasion,… le danger islamiste,…pour la réconciliation nationale, afin que la fille aînée de l’Église reste une terre chrétienne.

•Éditions d’Héligoland. 2012, ISBN : 978-2-36611-000-5, 1 volume 16 x 24, 428 pages.
29,00 €
C'était des hommes. Roger Holeindre
Depuis des siècles il y a eu des hommes, et des femmes qui ont laissé leur nom dans l’Histoire pour avoir consacré leur vie au service de leurs contemporains, allant jusqu’au sacrifice de ce qu’ils avaient de plus cher, leur vie même… Ils n’étaient pas des hommes parfaits : la perfection n’est pas de ce monde. Ils avaient leur travers, leur caractère. Mais à travers les évènements qui marquèrent le temps où ils vivaient, ils surent toujours entreprendre le bon combat. Celui qui, dans la vérité, défendait ce qui constitue l’essentiel de l’ordre naturel humain : la liberté…
Pour quelques-uns, leur nom a subsisté à l’oubli qu’engendre le temps qui passe. Homme ou femmes, leur nom et leur action demeurent dans les mémoires et… dans les livres d’histoire. Je ne citerai qu’un seul de ces noms, celui de Jeanne d’Arc, à qui la France a rendu tout récemment un solennel hommage.
Beaucoup plus nombreux sont ceux qui n’ont pas franchi l’épreuve du temps, soit en raison de la modicité de leur intervention, soit, le plus souvent, parce que celle-ci s’est heurtée à l’indifférence de leurs contemporains ou à la résistance de personnalités ou de factions subversives.

Roger Holeindre a eu le mérite, et le courage, de rassembler les témoignages de ceux qui, à sa connaissance, ont mené le bon combat durant la seconde moitié du XXe siècle, parmi lesquels, nombreux sont ceux qui, pour “garantir” leur témoignage, ont payé de leur vie.

Quel que soit leur lieu de naissance ou la couleur de leur peau, vivants ou morts, tous ont un lien avec l’Indochine et la guerre que la France a été contrainte à y mener. Parce que les combattants d’Indochine n’ont jamais eu l’appui réel de la Nation, parce que ceux qui vivaient sur cette terre que nous avions le devoir de protéger, ont été lâchement abandonnés, on comprend leur réaction et leur souci de retrouver au moins le respect de la Nation qu’ils ont servi avec fidélité jusqu’au bout. Roger Holeindre a écrit “C’était des hommes”… pour qu’il reste une trace de leur vie dont l’indéniable exemplarité ne peut être qu’utile dans le monde “déboussolé” où nous vivons. Lorsqu’il m’a demandé de préfacer son ouvrage, j’ai accepté de grand cœur. Je ne savais pas qu’il me citait en bonne place digne de l’exemplarité… je n’en suis toujours pas convaincu…

Je connais Roger Holeindre depuis près de soixante ans. Nous nous sommes rencontré en décembre 1951 à l’assemblée générale annuelle de l’Association des Anciens du CEFEO, dont j’étais président national par intérim depuis le mois de mars. Venant de rentrer en métropole, à la fin de son deuxième séjour en “Indo”. Il accompagnait un de nos plus extraordinaires aumôniers, le Père Jego… Roger était déjà connu chez les paras sous le surnom amical de “Popeye”. L’étincelle jaillit au cours de cette brève rencontre. Depuis, nous ne nous sommes plus quittés, ni de pensée, ni de cœur, même si cela n’était pas toujours évident. À tel point que très rapidement, on aurait pu dire de nous : Si l’on connait la pensée de l’un, on connaît la pensée de l’autre…

Pour tout ce qu’il rapporte dans son ouvrage des évènements de cette seconde moitié du XXe siècle, je dis : c’est vrai. J’approuve totalement sa conclusion. Ce qu’il faut réformer, c’est l’homme !… C’ÉTAIT DES HOMMES mérite d’être le livre de l’année.

Yves Gignac

•Éditions d’Héligoland. 2012, ISBN : 978-2-914874-93-9, 1 volume 15 x 21, 480 pages.
29,00 €
L'imposture viet-minh. Les trahisons du PC et l'abandon de la métropole. Roger Holeindre
…Le 20 juillet 1954, les accords de Genève ne désignant ni vainqueur ni vaincu, partageaient le Viêt Nam en deux. Le fabuleux projet d’une Union française entre métropole et outre-mer, disparaissait de la Constitution et des cœurs.
Les « idiots utiles », les pacifistes à sens unique, les antimilitaristes saluaient le courage du peuple vietnamien censé combattre pour son indépendance, mais oubliaient que cette indépendance lui était acquise depuis des années.

L’armée française ne se battait plus pour une quelconque reconquête coloniale, mais simplement pour éviter que le pays ne tombe aux mains de communistes fanatiques. Au départ de la France, après l’armistice de Genève, le Sud-Viêt Nam était une république libre qui n’avait pas besoin d’être libérée et, surtout, qui n’en avait nullement envie.
Ce n’est pas uniquement un idéal d’indépendance qui a poussé les dirigeants viêt-minh à mettre et remettre leur peuple dans la guerre, mais l’installation dans toute l’ancienne Indochine française d’un pouvoir marxiste aligné sur Moscou.

C’est pourquoi, cette guerre fut de la part du Viêt-minh une immense imposture ; les dirigeants d’Hanoi, l’oncle Hô le tout premier, sont des assassins.

Il peut paraître étonnant, cinquante ans après, de vouloir rappeler cela, mais aujourd’hui encore, alors que l’on nous bassine avec le « devoir de mémoire », la désinformation sur la présence de la France en Indochine est totale.

Ce livre — aux témoignages inédits, aux photos exceptionnelles et aux documents rarissime — est d’abord un hommage à tous les soldats des forces de l’Union française et à tous leurs frères d’armes du Laos, du Cambodge et du Viêt Nam, mais, cet ouvrage, précis et documenté, prend aussi la valeur d’un témoignage pour l’Histoire.


• Éditions d’Héligoland. 2004, ISBN : 2-952312828-0-X, 1 volume 24 x 30, 232 pages (Plus de 310 photos, documents et fac-similés)
50,00 €
Les mémoires du Duc de Rovio. Collection complète de 8 tomes 20% de réduction
" Savary est un homme secondaire, qui n’a pas assez d’expérience et de calme pour être à la tête d’une grande machine. Du reste c’est un homme d’énergie, de zèle et d’exécution.
Il ne faut pas laisser entrevoir à Savary l’opinion que j’ai de son incapacité ".

Napoléon Bonaparte

Ce jugement sévère de l'Empereur sur l'un de ses plus fidèles lieutenant ne doit pas cacher le fait que les Mémoires du duc de Rovigo, publiées en 1828 font partie des témoignages fiables sur le Consulat et le Premier Empire, même si leur auteur, naturellement, vise à justifier ses actions dans les affaires auxquelles il participa.
Desaix, avec qui il se lia à cette époque, l’ayant pris pour aide de camp, il l’accompagna dans toutes ses campagnes, à l’armée du Rhin, en Egypte (1798-1800) et en Italie, sur le champ de bataille de Marengo. C’est lui qui, après la mort de ce vaillant général, apporta son corps dans la tente de Bonaparte. Celui-ci le prit alors pour son propre aide de camp et, à partir de cette époque, Savary devint l’homme de confiance de Napoléon; il le suivit presque partout et reçut de lui les missions les plus délicates, sinon toujours les plus honorables.
Après Waterloo, il accompagna tristement son souverain sur le Bellérophon et demanda à partager son exil à Sainte-Hélène, honneur que les Anglais lui refusèrent.

Ces mémoires, en 8 volumes, remplit de détails insolites qui ponctuent la grande Histoire de l'Empereur doivent figurer dans toutes les bonnes bibliothèques de l'Empire…


• Éditions d’Héligoland 2011, 8 volume 16 x 24
 192,00 €   Promotion Commande Collection  153,60 €
1 ... « 15 16 17 18
72 produits sur 72 au total
Trier par :

Votre panier
0 produit(s)
Total 0,00 €




Suivez notre actualité